Epître, pour que soit rendue la parole à la parole

Texte Olivier Py
Mise en scène François Orsoni

Dramaturgie Muriel Ryngaert

Costumes et scénographie François Curlet
Lumières Martine Staerk

Avec François Orsoni et Thomas Landbo

Co-production CTC, Ville d’Ajaccio, Ollandini Voyages, CCAS

Création Chapelle Impériale,  Ajaccio, mars 2004


Antoine Giacomoni

Antoine Giacomoni

La parole est sacrée. Même si l’espace social qui nous entoure a dissout la formule, même si la marche du monde fait parfois taire les mots, il n’en reste pas moins qu’au départ, au début, la parole fût sacrée. Ainsi nous raconte l’Epître, ainsi nous dit son auteur, Olivier Py. La parole, il faudrait s’en souvenir, est d’abord un miracle.

Olivier Py est acteur, metteur en scène, auteur, travesti, directeur de scène national, chanteur, homme de la démesure, créateur effronté. Il aime, dans ses diverses pratiques, à remettre en marche la vérité de la parole, faire ressurgir la mémoire de la fonction ultime du théâtre qui n’a d’autre volonté que de dire.

Derrière cette verticalité, l’Epître est un rappel à la fête, un appel à la joie, la décadence pointe, la crudité n’épargne rien et le rire fuse de la provocation. L’univers d’Olivier Py n’a rien d’austère. Homme orchestre du théâtre, il bat sans cesse les tambours de la fête, il invite à la liesse, il permet et se permet l’essence du théâtre, un espace à jouer, un espace des possibles. Ici s’invitent face au poète en tragédie , le rabat-joie, le responsable culturel, le policier du désir, le ministre de la communication, le directeur du conservatoire d’art dramatique, celui qui demande vraiment, le porc-moderne, l’enfant qui prête serment. Ils interrogent, démontent, critiquent, renient, refusent mais écoutent la parole du poète qui les convient à un peu de hauteur, à un peu d’héroïsme.

C’est cela même qui nous aura troublés dans ce texte. Un miracle, aussi bénin puisse t-il paraître, pour que « soit rendue la parole à la parole » afin de pallier au silence régnant. Et en ce sens et cette volonté, il nous aura semblé que ce texte sert le désir de cette compagnie depuis sa création de faire entendre un peu de vérité, non pas pour donner leçon, mais pour mieux réfléchir le monde comme il va.


Diffusion

Création à Ajaccio, chapelle Impériale, mars 2004
Théâtre municipal de Bastia, avril 2004
Tournée d’été en Corse (églises) juillet 2004 (Fozzano, Sant’Andria di Bozziu, Pietrosella, Castineta, Cateri, Piedicroce)
Théâtre national de Nice, juin 2005
Le Carré, scène nationale, Château-Gontier, janvier 2006